Adhésion

Nos adhérents publient 

Bernard Belaigues (adhérent 1561) a écrit une brochure que sur le château de Clavières. Intitulée "Retour à Clavières-Ayrens", elle est en vente à la librairie "Point-Virgule" au tarif de 13,50€. Elle a 52 pages et contient un bon nombre de photographies inédites. Les bénéfices éventuels seront reversés à l'Association "Chapelle du Doux".

ClaviereClaviere present

La route qui engloutissait les chevaux

1769, une déposition de témoin après un accident à la Prade de Vic


La difficulté des liaisons routières est une question récurrente dans le département du Cantal, au milieu duquel trône le plus grand volcan d’Europe. Mais nous oublions trop facilement que pour nos aïeux, se rendre d’Aurillac à Saint-Flour sur une route aménagée, à la vitesse de 80 km à l’heure, aurait représenté un luxe inimaginable !

Au début du XVIIIe siècle, trois itinéraires principaux permettent de relier ces deux villes. Le plus emprunté semble passer au sud du volcan, par Arpajon, Carlat, Lacapelle-Barrès, Vigouroux, Cézens et Cussac. Un autre traversait la Planèze puis coupait au pied du Plomb du Cantal, à Prat-de-Bouc et à travers les plateaux qui dominent la vallée de la Cère : c’était bien sûr un itinéraire d’été. Le dernier, qui correspond à la route actuelle, paraît beaucoup moins praticable par endroits et ne pouvait être parcouru d’un bout à l’autre par des véhicules à roues.

L’intérêt commercial de ce chemin est néanmoins bien identifié à la fin de l’Ancien Régime, ce qui va donner lieu, non sans provoquer de multiples discussions et contestations, à la réalisation d’un tracé et à la confection d’une véritable route entre les années 1760 et 1790. Les travaux sont loin d’être simples car il faut s’adapter au terrain accidenté et parfois creuser un passage à flanc de montagne.

Si le trajet de Saint-Flour à Murat est établi assez rapidement, puisqu’on l’ouvre en 1767, le côté aurillacois de la route tarde à voir le jour. Les arguments s’accumulent pourtant en faveur de ces travaux : parmi ceux-ci, une « enquete et sentence qui prouvent la necessité indispensable de faire travailler au plus tôt au grand chemin de Saint-Flour et Murat à Vic et à Aurillac ».

2020 06 acte page01Il s’agit d’une copie de déposition de témoin dans le cadre d’une affaire opposant deux parties, d’un côté les sieurs Salarnié, père et fils habitant Vic, et de l’autre François Bompard, voiturier auquel ils avaient demandé de ramener à Vic leur cheval depuis le village des Chazes, à Saint-Jacques-des-Blats. Or, si procès il y a, c’est que les choses ont mal tourné : le 23 mai 1769, François Bompard avance sur le chemin de Thiézac à Vic, précédé de deux chevaux de bât dont celui des Salarnié, « ainsy qu’il est d’usage en pareil cas ». Alors que le convoi arrivait près de Vic, « dans un endroit au dessus dudit village de la Prade qui se trouve encore plus etroit que le reste du chemin, au bord d’un precipise », le cheval fit un faux-pas et tomba dans le ravin, où il se tua.

Le juge, intervenant dès le lendemain, demande donc à chacun d’apporter la preuve de sa position : François Bompard est chargé de démontrer que le cheval « a pery sans sa faute », tandis que les Salarnié devront prouver que « eu egard au nombre des mauvais pas qui se rencontrent sur cette routte, les voyturiers exacts conduisent leurs chevaux par la main pau et près [à peu près] dans l’endroit en question », d’autres accidents ayant déjà eu lieu précédemment.

Inséré dans le dossier relatif à la construction de la route, ce document ne permet pas de savoir quelle a été l’issue du procès. On peut cependant noter que le choix des Salarnié en matière de témoin n’est pas le plus judicieux. Jean Rueyre, laboureur, travaillait dans un champ à la Prade au moment de la chute. S’il confirme les dires des Salarnié selon lesquels l’endroit est notoirement dangereux (le cheval « se tua coup sec, se qui le surprit d’autant moins qu’il a deja vu plusieurs autres chevaux perir pau et près dans le meme endroit »), il n’accuse pas le voiturier de négligence mais donne tort au « chemin, qui est trop etroit, mal placé et presque inpraticable, de maniere qu’à peine les corvees raccommodent ils les endroits le[s] plus perilleux que le premier ravin et forte pluye qui survient remet le chemin au premier etat », btn transcriptionconcluant « qu’ainsy cette perte ne peut point être imputee audit Bompard mais uniquement au deffaut du chemin ». Les corvées, imposées aux hommes payant l’impôt royal de la taille, permettaient de solliciter de la main d’oeuvre gratuitement pour entretenir les chemins. Cependant, les travaux nécessaires à la réparation du passage de la Prade demandaient une intervention de plus grande ampleur qu’un simple raccommodage.

Faute de moyens, le projet va cependant être mis en attente pendant de nombreuses années : en 1788 enfin, la route entre Saint-Jacques-des-Blats et Aurillac est déclarée « ouverte sans chaussée » ; le Pas de Compaing (à Saint-Jacques-des-Blats) est encore impraticable pour les voitures. La nouvelle route est finalement achevée en l’an II (1794). Elle est pourtant dessinée dès les années 1780 dans l’atlas de Trudaine, réalisé à l’initiative de cet administrateur des Ponts et chaussées afin de cartographier l’ensemble des routes de France, et dont les Archives départementales conservent les minutes aquarellées.2020 06 Thiezac LaPrade red               

Enquête C 326

Plan (minute de l'Atlas Trudaine) : C 752


Pour aller plus loin : Imberdis Franck, Le réseau routier de l’Auvergne au XVIIIe siècle : ses origines et son évolutions, Paris, PUF, 1967, 8 BIB 457-4              


signature LD

1er mai

"Fête du travail" ou "fête des travailleuses et travailleurs" ?

C’est en juillet 1889 que l'Internationale ouvrière et socialiste, ou IIe Internationale, choisit la date du 1er mai comme journée d'action des ouvriers dans le monde entier. Comme nous le relate Rosa Luxemburg en 1894, « le mouvement ouvrier en Europe s’était renforcé et animé. La plus forte expression de ce mouvement intervint au Congrès de l’Internationale Ouvrière en 1889. A ce Congrès, constitué de 400 délégués, il fut décidé que la journée de 8 heures devait être la première revendication. Sur ce, le délégué des syndicats français, le travailleur Lavigne de Bordeaux, proposa que cette revendication s’exprime dans tous les pays par un arrêt de travail universel. Le délégué des travailleurs états-uniens attira l’attention sur la décision de ses camarades de faire grève le 1er mai 1890, et le Congrès arrêta pour cette date la fête prolétarienne universelle. […] Le Congrès décida que les travailleurs de tous les pays manifesteraient ensemble pour la journée de 8 heures le 1er mai 1890. Personne ne parla de la répétition de la journée sans travail pour les années suivantes. Naturellement, personne ne pouvait prévoir la façon brillante dont cette idée allait être un succès et la vitesse à laquelle elle serait adoptée par les classes travailleuses. Cependant, il a suffit de manifester le 1er mai une seule fois pour que tout le monde comprenne que le 1er mai devait être une institution annuelle et régulière."

Mais dès 1941, le gouvernement de Vichy récupère les célébrations du 1er Mai et décide d’en faire une fête maréchaliste, occasion de propagande. En avril 1941, le maréchal Pétain rend férié le 1er mai, date qui correspond à la Saint-Philippe ou « Fête du Maréchal ». La fête des travailleurs devient la « Fête du travail et de la concorde sociale ». La propagande vichyste y adjoint le nom du saint du jour, afin de montrer la place centrale du chef et de contribuer à son culte. Sur cette affiche du 1er mai 1942, même si c’est assez discret, le Maréchal est bien présent, c’est sa main qui montre la voie et met à « l’honneur » le travail, représenté par un forgeron entouré d’une couronne de laurier.

Le 1er mai 1941, Pétain déclarait lors d'un discours à Commentry (Allier) : "Le 1er Mai a été, jusqu’ici, un symbole de division et de haine. Il sera désormais un symbole d’union et d’amitié, parce qu’il sera la fête du travail et des travailleurs. Le travail est le moyen le plus noble et le plus digne que nous ayons de devenir maître de notre sort." Il ne s’agit plus de mettre en avant les revendications des travailleurs mais bien de fêter la valeur « travail », conformément à la devise du régime « Travail, Famille, Patrie ». « La fête des travailleurs » faisait trop référence à la lutte des classes.

2020 05 01

Réunissant sur un même fond bleu deux images différentes, signées Roland Hugon, l’affiche du 1er mai 1942 illustre bien la volonté du Régime de Vichy de fêter ce jour dans une ambiance sereine et apaisée : à gauche, la main de l’ouvrier, loin de son usine à l’arrêt, se tend vers un délicat brin de muguet tandis qu’un papillon volète tout près. Les revendications ouvrières sont oubliées.

Cette fête est supprimée à la Libération. En 1947, avec le soutien du ministre communiste du Travail Ambroise Croizat, le 1er Mai redevient un jour chômé et payé. Le 29 avril 1948, la date devient officiellement "fête du travail". Avec cette institutionnalisation et cette « appellation officielle » on s’éloigne de nouveau des valeurs revendicatives d’origine. Toutefois, dans de nombreux pays, pour le mouvement ouvrier le 1er Mai reste la journée internationale des travailleurs commémorant les luttes pour la journée de 8 heures.


Document rédigé par Nicolas Laparra

                             5 E 1337/5 (10 PH 399)

      
signature LD

Un train de plaisir pour le 14 juillet

Fête nationale française, le 14 juillet est institué par la loi du 6 juillet 1880. Le texte ne fait référence à aucun événement en particulier, même si dans l'esprit de chacun aujourd'hui, la date est celle de la prise de la Bastille en 1789, insurrection emblématique de la Révolution française qui mènera à la fin de la monarchie absolue et, le 21 septembre 1792, à la proclamation de la Première République. La célébration d'un événement si sanglant n'était cependant pas du goût de tous les députés, dont certains préférèrent voir dans la date du 14 juillet une commémoration de la Fête de la Fédération : organisée le 14 juillet 1790, cette journée célébrait le retour de l'apaisement et la réconciliation entre le roi et son peuple, alors que l'Assemblée constituante préparait la mise en place d'une monarchie constitutionnelle.

Quel que soit l'événement commémoré, la fête nationale est célébrée en grandes pompes dans les villes françaises, à commencer par Paris. Les réjouissances fascinent et attirent les provinciaux, si bien que les compagnies de chemin de fer ne tardent pas à mettre en place des " trains de plaisir " pour l'occasion. Proposant des tarifs très avantageux, ces trains de plaisir connaissent un grand succès partout en France. Le Cantal n'est pas en reste.

Si le trajet de Saint-Flour à Murat est établi assez rapidement, puisqu’on l’ouvre en 1767, le côté aurillacois de la route tarde à voir le jour. Les arguments s’accumulent pourtant en faveur de ces travaux : parmi ceux-ci, une « enquête et sentence qui prouvent la nécessité indispensable de faire travailler au plus tôt au grand chemin de Saint-Flour et Murat à Vic et à Aurillac ».

Par cette affiche de 1887, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans propose aux Cantaliens, Aveyronnais, Corréziens et Lotois de profiter d'un aller-retour à Paris à l'occasion du 14 juillet. Si les tarifs sont attractifs, il faut cependant se plier aux dates et heures imposées par la Compagnie et s'attendre à un long voyage. Un touriste partant d'Aurillac le 11 juillet à 16h50 arrivera à Paris le lendemain… à 15h39, après un parcours de presque 23h. Cela dit, si l'on se fie au Guide indicateur des chemins de fer de Meyniel, vers 1892, le prix d'un aller Aurillac-Paris en 2e classe s'élevait à 42 francs 3 centimes, tandis que le train de plaisir de 1887 propose un aller-retour pour 44 francs. Si l'on en croit leur réputation, les Auvergnats n'auront pas été insensibles à cette promotion ! En revanche, le trajet habituel est bien plus rapide se fait en " seulement " 12h30.

2020 07 Affiche petit 2020 07 Train en gare petit

On remarquera que le voyage est encore plus long pour les Massiacois, à qui l'on propose de partir à 9h27 pour rejoindre le train d'Aurillac. La ligne de Massiac à Clermont-Ferrand était pourtant ouverte, mais elle était exploitée à partir d'Arvant par la Compagnie de chemin de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. En l'absence de concertation entre les deux compagnies, les habitants de Massiac sont peu avantagés. Le plaisir promis par ce train sera peut-être au rendez-vous le 14 juillet à Paris, mais il est difficile d'imaginer que le trajet lui-même soit une partie de plaisir !

5 S 8

Illustration : Un train en gare, fonds Pesteils, 37 Fi 182

signature LD

Visas en Bordelais
L'équipe des bénévoles des Visas en Bordelais vous informe avoir terminé les relevés des listes de passagers disponibles à ce jour aux AD33.
Neuf ans de relevés viennent de s'achever.
Les derniers relevés des listes de passagers des navires des Messageries Maritimes (principalement) revenus à Bordeaux au 3e trimestre 1909 sont accessibles dans la base des passagers du site www.visasenbordelais.fr
Cordialement.
Bonjour,
Les visas étaient attribués pas la préfecture de la Gironde. Les registres disponibles à ce jour aux AD33 vont de 1839 à 1870.Les photos sont sur le site des AD, le site vous donne un lien avec le résultat d'une recherche.
La description des relevés disponible est en page Il y a des registres des passeports accessibles en salle aux AD33 série 4M8xx pour le début du XXe siècle, sans être certain qu'il y a la période qui vous intéresse : 4M785 à 828 pour les dossiers de demande de passeport de 1893 à 1918, et 4M829 à 846 pour les enregistrements des passeports pour l'étranger de 1916 à 1937.
Cordialement.
R.Antalick
www.visasenbordelais.fr
www.visasenbordelais.fr/documentation_cotes.php

Association de la vallée de la petite Rhue - Valrhue -

Elle a pour objet de faire connaitre cette partie du haut-Cantal comprise entre le Claux et Apchon en passant par Cheylade.
Elle a un rôle d'animation important en présentant chaque été une exposition et en organisant plusieurs manifestations au cours de l'année, dont notamment à Cheylade la foire aux Cloches et aux Sonnailles qui attire beaucoup de monde en mai mais a dû être annulée cette année en raison des événements.
Par ailleurs, grâce à une vingtaine de contributeurs, l'association édite une fois par an une revue - Les Cahiers de Valrue - qui traite des sujets les plus variés en lien avec cette région. Dans le dernier numéro sont traités des sujets de botanique, d'archéologie, d'histoire

Association des Marmottes de Savoie

Au vu du confinement imposé par le célèbre virus tout plein de piquants, l'association des Marmottes de Savoie, (zone de travail SAVOIE, HAUTE-SAVOIE et un peu zone de GENEVE) offre à tous les visiteurs, la possibilité de 1000 recherches gratuites sur son site des marmottes: marmottesdesavoie.fr/ pour une durée de 15 jours. Il est à noter particulièrement la présence dans les actes divers, des personnes venant de bien des régions, ne serait-ce que par les militaires et les enseignants, sans compter les représentants de société ou organismes nationaux."

Amicalement
Luc ASSOUS

Président des Marmottes de Savoie
site: marmottesdesavoie.fr
Forum : marmottesdesavoie.fr/phpBB/index.php
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Généalogie 45 et Généalogie 92

Nous avons décidé d’offrir aux généalogistes amateurs un accès gratuit à la base de relevés de nos deux associations Généalogie 45 et Généalogie 92.

Cette base concerne actuellement plus de 2 500 000 individus. Dans la plupart des cas il s’agit de reconstitution de famille. Les informations concernent, bien sûr, principalement les Hauts-de-Seine et le Loiret mais, reconstitution de famille oblige, les autres départements français et certains pays étrangers. L’accès à ces informations est habituellement réservé à nos adhérents.

Pour avoir une idée de ce que contient notre base vous pouvez faire une recherche sur nos sites « public » www.genealogie45.org ou www.genealogie92.org

La base de relevés est commune aux deux sites. Pour obtenir des informations complètes, il faut un nom d’utilisateur et un mot de passe.

Pour obtenir ce nom d’utilisateur et ce mot de passe, vous devrez nous en faire la demande en envoyant un message à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en indiquant vos nom, prénom et adresse électronique. Le nom d’utilisateur et le mot de passe qui vous seront envoyés gratuitement resteront valables pendant une semaine.

Cordialement

Jean-Claude Keller

Président de Généalogie 45 et de Généalogie 92

Venir nous voir

Calendrier d’événements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31